Artefact défend l’initiative “Right to Repair”

Il y a une tendance troublante dans l’industrie de la technologie. De plus en plus, les appareils que nous achetons sont verrouillés grâce à une habile combinaison de matériel et de logiciels, conçue pour nous empêcher, ainsi que les réparateurs indépendants, de mettre à niveau, de réparer et, dans certains cas choquants, de les utiliser de manière non sanctionnée par le fabricant d’origine.

Cette intégration étroite nous a apporté des améliorations comme des gadgets plus petits et moins chers, mais cela se fait au prix de produire plus de déchets, rendant les réparations inutilement coûteuses et inaccessibles, et même les fabricants essayent d’exercer leur contrôle sur vos appareils électroniques pour supprimer les fonctionnalités, sauf si vous êtes d’accord pour payer des frais d’abonnement mensuels. Faire des accords et les modifier après coup, comment est-ce même légal? Cela ressemble à une sorte de dystopie fictive, n’est-ce pas? Mais ce n’est pas le cas. C’est réel et c’est maintenant que ça se passe.

Heureusement, nous avons une solution appelée “Right to Repair” (le droit à la réparation), mais avant de pouvoir passer d’un concept à une législation réelle qui protège les consommateurs, les petites entreprises et l’environnement, nous devons en parler et nous assurer que nous sommes tous sur la même longueur d’onde. .Chaque fois que nous abordons le droit à réparer, je suis toujours surpris de voir que la grande majorité de l’opposition à cela provient soit de personnes qui se le sont pas fait expliquer correctement, soit de personnes qui pour Right ro Repair même s’ils ne s’en rendent pas encore compte.

Qu’est-ce que Right to Repair ?

Je pense que nous devrions commencer par ce que le droit à la réparation n’est pas. Personne ne demande que les fabricants soient forcés, un pistolet sur la tempe, de réparer vos appareils. Aujourd’hui, de nombreux équipementiers proposent des programmes de réparation volontaire pour leurs produits. Parfois même, ils sont une extension de la garantie comme avec les écouteurs de Koss, où ils réparent ou remplacent vos écouteurs gratuitement tant que vous payez les frais d’expédition. Ces types de programmes de réparation sont parfaits pour les consommateurs, mais obliger un fabricant de produits à en mettre en œuvre un tel programme pourrait ajouter des coûts qui devront soit être absorbés par l’entreprise, ce qui pourrait la mettre en danger, soit être transmis au client, ce qui pourrait rendre le produit plus cher. Un autre argument courant est qu’une telle législation nuirait à l’innovation. Et à première vue, celui-ci semble raisonnable. Si je suis Apple pourquoi devrais-je m’embêter à sortir un nouvel iPhone si je suis obligé de donner immédiatement les plans pour tous les composants à des tiers qui peuvent ensuite faire leur propre iPhone ?

C’est l’exemple parfait d’un argument dit de “l’homme de paille”. En réalité, la majorité de l’industrie de la réparation électronique est constituée de petits ateliers effectuant des travaux relativement simples tels que le remplacement d’écran et la réparation de clavier. Ce sont des choses qui n’obligeraient pas Apple à donner suffisamment de détails sur ces pièces pour que quelqu’un puisse créer les leurs. Sauf quand ils pourraient faire exactement cela, nous conduisant parfaitement au troisième point de l’opposition. Si les fabricants ne peuvent pas protéger leurs utilisateurs contre les pièces fragmentaires contrefaites ou rétro-conçues, il n’y a aucun moyen de garantir que l’expérience client sera sûre et positive. C’est vrai, Apple fait l’actualité à chaque fois qu’un iPhone explose et quiconque ne fait que parcourir les gros titres va manquer des détails importants. Comme si l’utilisateur avait un chargeur tiers de mauvaise qualité ou avait installé une batterie trop bon marché, c’est un bon point, car ce genre de chose peut causer des dommages à long terme incommensurables à une marque.

Réparer sans faire concurrence

Avec Right to Repair, personne ne devrait être en mesure de construire entièrement l’appareil d’une autre entreprise avec des composants tiers ou des pièces contrevenant à un brevet de fabricant .Ce qu’ils devraient avoir, c’est le droit d’accéder aux composants et aux ressources OEM pour effectuer des réparations sur les appareils des consommateurs encas de besoin. Et la partie la plus folle de cette position controversée est à quel point tout cela est considéré comme tout à fait normal dans l’industrie automobile.

Le droit de réparer signifie que vous avez le droit de le réparer, mais vous n’y êtes absolument pas obligé ! Vous pouvez toujours sortir et acheter un nouvel appareil si ça vous chante, ou vous pouvez demander à quelqu’un d’autre d’exercer son droit de le réparer pour vous. Tout comme avec votre voiture où une combinaison de lois et de normes de l’industrie garantit que des décennies après la fin de la production, vous pouvez toujours obtenir de nouveaux freins pour votre Peugeot 106.

Les supporters du droit à la réparation savent qu’il n’y a pas de solution parfaite pour le moment, mMais il s’agit de trouver comment résoudre les problèmes que je viens de décrire dans le but d’améliorer le choix et la liberté des consommateurs. Quiconque comprend pleinement le droit de réparer et s’y oppose s’oppose à la liberté individuelle. Donc, en particulier en Amérique, nous obtenons une marque anti-liberté, ce qui est plutôt indésirable. Comment se fait-il que les législateurs, les lobbyistes et les entreprises y travaillent si dur? Avez-vous vraiment dû demander? pensez-y.

Qu’est-ce qui vous semble le plus rentable, vous vendre un écran pour 70 $ et facturer une heure ou deux de main d’oeuvre pour le remplacer ou vous vendre un tout nouveau téléphone ou ordinateur portable pour plus de 1000 $?

Un modèle d’entreprise conçu pour vous forcer à acheter plus est au mieux contraire à l’éthique, ce qui dans mon esprit n’est qu’un autre mot pour désigner quelque chose qui devrait être illégal, mais qui ne l’est pas encore. Et avant que vous ne parliez d’obsolescence programmée, les fabricants vous obligeant à en acheter un nouveau matériel en cassant l’ancien, ce n’est pas une sorte de théorie du complot. C’est bien réel et ce depuis des décennies. Après la Grande Dépression, il a été discuté que les choses que nous utilisons devraient toutes être mises en échec après un certain temps ou avoir des dates précises où elles ne peuvent plus être utilisées pour accroître le consumérisme dans le but de renforcer l’économie. Ca ne peut pas s’inventer, et comme les fabricants ne sont pas pénalisés pour l’excès de gaspillage que cette mentalité génère, il n’y a jamais eu d’incitation pour eux à recommencer à fabriquer des produits plus durables.

Pouvoir réparer si on le veut

Voilà le problème : rien ne m’empêche de faire le choix de réparer un appareil électronique que de le remplacer. Mais dans l’industrie électronique, qui d’ailleurs, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, devient rapidement une industrie, la même entreprise peut à la fois profiter en vendant plus de produits et avoir la capacité de paralyser à distance ces derniers, forçant les clients à en acheter davantage. même s’ils fonctionnaient très bien. c’est un conflit d’intérêts évident. Alors revenons aux téléphones pour un moment. Ce n’est pas comme si vous ne pouviez pas du tout les réparer.

Apple se fera un plaisir de vous vendre Apple Care pour la modique somme de 150 dollars ou de vous proposer des services de réparation si vous vous êtes désabonné. Seulement comme beaucoup de choses dans la vie, les prix des réparations non assurées n’ont souvent aucun sens. Un remplacement d’écran pour 300 dollars et qui suppose que vous avez un Apple Store à proximité dans lequel vous pouvez entrer ou que vous pouvez vivre sans votre téléphone pendant une semaine pendant qu’il est en réparation. Compte tenu du coût estimé de 70$ pour l’écran du dernier et meilleur téléphone d’Apple, et des salaires rapportés par Apple d’environ 20 à 25 $ de l’heure, je pense qu’il est assez clair qu’il s’agit moins de prendre soin des clients que de bien couvrir leurs coûts, et de pousser les clients vers un tout nouvel appareil flambant neuf, car ils sont déjà dans le magasin de toute façon et cela ne coûte que quelques centaines de dollars de plus que la réparation de l’écran…

C’est là que les ateliers de réparation indépendants sont censés intervenir et ils le font depuis des années. Le problème est qu’au fil des ans, Apple s’est attaqué à cette industrie. Aller jusqu’à piller les magasins sur leur stock de pièces de rechange s’il porte un logo Apple et refuser de fournir des outils de diagnostic qui ne seraient pas nécessaires si Apple ne créait pas spécifiquement des barrières nécessitant ces outils de diagnostic. Maintenant, au crédit d’Apple, ils ont fait des progrès ces dernières années et ils ont même mis des pièces à la disposition des membres du programme de fournisseur de réparation indépendant, mais rejoindre le programme s’accompagnerait de certaines exigences lourdes, notamment la soumission à des inspections imprévues d’Apple. Rappelez-vous cependant qu’il ne s’agit pas seulement de l’iPhone ou d’Apple, il s’agit du choix et de la liberté des consommateurs, et Apple décidant d’accorder à ses clients un peu plus de propriété de leurs propres appareils pour lesquels ils ont payé, n’est pas le choix du consommateur et ce n’est pas la liberté. Cela devrait être un droit. Pas quelque chose qu’Apple accorde à sa discrétion.

Ne plus jeter systématiquement !

Un autre objectif de Right to Repair est de garder les appareils hors des décharges. Nous produisons plus de 50 millions de tonnes de déchets électroniques par an. Et une grande partie est réparable ou même parfaitement fonctionnelle. Un reconditionneur et recycleur d’électronique local GEEP, est actuellement dans une bataille juridique avec Apple sur une centaine de milliers d’appareils qui ont été reconditionnés et revendus au lieu d’être déchiquetés selon leur accord avec Apple. Maintenant, pour être clair, nous ne sommes pas du côté du GEEP ici. Ils ont violé leur contrat et nous n’avons aucun moyen de savoir si la rénovation qu’ils ont effectuée était conforme aux normes Apple, ce qui pourrait endommager la marque Apple. Mais cela soulève une question plus vaste. Pourquoi Apple paie-t-il pour détruire cent mille appareils alors que les gens pourraient les utiliser? La réponse est juste dans l’affirmation d’Apple selon laquelle une partie des 22,6 millions de dommages – intérêts provient d’une perte de profit due aux ventes sur le marché gris. Maintenant, je n’essaie pas de choisir uniquement Apple ici. John Deere est une autre entreprise qui lutte sans vergogne contre les intérêts de ses clients et du grand public. Ce n’est que l’hypocrisie effrontée d’Apple qui me fait revenir sans cesse vers eux. Ils ont une page entière sur leur site Web consacrée à leur respect de l’environnement, mais ils dépensent littéralement de l’argent pour garder les appareils fonctionnels hors des mains des consommateurs.

Pour être clair, Apple fait au moins un effort par le biais de ses programmes de recyclage. Mais tout environnementaliste peut vous dire que réduire, réutiliser et recycler sont dans cet ordre pour une raison. Le recyclage, en particulier les déchets électroniques, n’est pas une solution aussi propre qu’on aurait pu le croire. Alors, avec tout cela à l’esprit, que pouvons-nous faire? Eh bien, en ce moment, Louis Rossmane, qui a été un grand défenseur de Right ro Repair et exploite son propre atelier de réparation, a un GoFundMe qui va faire publier une initiative de vote direct dans le Massachusetts .Espérons que cela conduira à l’impulsion nécessaire pour que le droit de réparer devienne une réalité dans le monde de l’électronique. Il travaillera avec la même entreprise qui a réussi à obtenir le droit de réparer, poussé à une initiative de vote direct pour l’industrie automobile, qui, comme vous vous en souvenez d’après mes exemples, est un espace où le droit de réparer existe réellement. Donc, si vous souhaitez soutenir le droit à la réparation, c’est l’un des meilleurs moyens et les meilleurs moments pour y parvenir.

En savoir plus sur l’initiative “Right to Repair” en Europe

Laisser un commentaire

Name
E-mail
Commentaire

Paiements 100% sécurisés

CB Monetico - Cofidis 3 ou 4 fois - Paypal - Virement - CadHoc

Garantie 2 ans

+ Support de 6 mois pour dépannage

Démarche éco-responsable

8kg de déchets électroniques en moins

Une question ? Appelez-moi !

Parlons au téléphone au 06.21.29.30.00

Facebook

Retrouvez l'Artefact sur Facebook

©Artefact 2019-2022. Tous droits réservés à Jean-Baptiste JUGE - Mentions légales - Politique de confidentialité - Conditions générales de vente